Recherche
Recherche
Communiqués
Nos actions
Publications

Bulletin départemental
lp8401.jpg
Nos bulletins

Publications de la Libre Pensée nationale


couv-raison01.jpg

   couv-idee-libre01.jpg

Notes de lecture
Ecole - Laïcité - République
Dossiers
Qui sommes-nous ?
Adhérer à la Libre Pensée
Vous êtes ici :   Accueil » Lourdes

« Lourdes »

d’Émile Zola édité et présenté par Jacques Noiray, Folio classique.

« La raison avant tout, il n’y a de salut qu’en la raison. » E. Zola.

« Cela, nous pouvons en convenir, cause une certaine quantité de bonheur au prix d’une certaine quantité de stupidité et de domination par les prêtres. » B. Russel, (à propos de l’avantage que peut représenter l’adhésion à la foi catholique…)


trait.png

lourdes-zola.jpgPendant tout le 19° siècle, la lutte fut acharnée entre les tenants de la raison, qui luttaient pour l’émancipation, le progrès scientifique et les tenants de la tradition, fidèles aux dogmes de l’église. Les premiers paraissent d’abord l’avoir emporté…

« À vues humaines, l’Eglise romaine paraît condamnée » explique l’historien des religions René Tavenaux¹ faisant le bilan de la situation de l’Eglise au début du 19e siècle. En effet, cette institution qui avait jusque-là réussi à survivre à tout, a bien du mal à se remettre des coups terribles que lui a portés la Révolution de 1789. Avec la Révolution ont disparu de France, et de nombreux pays occidentaux, la plupart des abbayes, les facultés de théologie, rendant difficile tout renouveau de la pensée religieuse.

Dans tous les domaines, la raison parait triompher.

Les grands systèmes philosophiques, comme ceux de Hegel, de Schopenhauer, de Marx, de Comte, se sont construits en dehors de l’Eglise, voire contre elle. Darwin a publié « De l’origine des espèces » dès 1859. En 1863, Renan donne de la « Vie de Jésus », une interprétation uniquement humaine. En Allemagne au même moment, Strauss explique que les évangiles sont des mythes, et Bauer met en doute l’existence historique de Jésus.

Les sciences, les techniques progressent rapidement. Zola aurait pu assister aux essais de la première automobile de Daimler-Benz (dès 1885) et au premier bond de l’avion de Clément Ader (en 1890) !

Toutefois, la réaction contre le rationalisme ne désarme pas. Si le concordat signé en 1801 paraît humiliant dans l’immédiat, Rome remporte à terme une victoire (au cours du 19e siècle, une trentaine de concordats sont signés, jusqu’au Venezuela !).

Une part très importante des masses reste croyante, car sa situation, avec la montée en puissance de la bourgeoisie reste critique. Chateaubriand écrit ²: « On avait alors un besoin de foi, une avidité de consolations religieuses, qui venaient de la privation de ces consolations depuis de longues années ».

En Italie, avec la conquête des Etats Pontificaux, le pape perd son pouvoir temporel. Mais il gagne en pouvoir spirituel : en 1869 est proclamée l’infaillibilité papale. Le pape peut désormais interpréter la tradition et définir lui-même un article de foi non contenu dans les Écritures.

Et « après 1890 le rationalisme naguère triomphant, n’est plus qu’une forteresse assiégée »³ et les gouvernements ont compris depuis longtemps l’importance du catholicisme pour endiguer les poussées révolutionnaires.

C’est dans cette atmosphère que  Zola  a  décidé    de « s’intéresser aux grandes forces intellectuelles qui s’affrontent à son époque »4, « à la lutte de l’esprit   de foi contre l’esprit de raison »5. De Zola, on se souvient surtout de la monumentale série des Rougon-Macquart, commencée dès 1873 par la publication de « Le Ventre de Paris », terminée en 1893 par « Le Docteur Pascal », et son engagement au  moment  de  l’affaire Dreyfus : « J’accuse » paraît dans L’Aurore du 13 janvier 1898. Toutefois, entre 1893 et 1898 Zola est loin d’être resté inactif.   Il   a   commencé   un   nouveau cycle, dit des « Trois Villes » : Lourdes, Rome, Paris.

S’il n’est pas du meilleur Zola, « Lourdes », premier roman, ou plutôt reportage romancé, du nouveau cycle, est néanmoins à redécouvrir, surtout en cette année 2008, quand la ville de Lourdes commémore le 150e anniversaire des « apparitions » de la vierge à Bernadette Soubirous. Commémoration qui doit culminer avec la visite du pape Benoît XVI.

On peut le considérer comme un témoignage précieux sur les débuts des pèlerinages : « de 1878 à 1903, Lourdes   va   recevoir   3500   pèlerinages   nationaux   et   3 200 000 fidèles » explique Jacques Noiray dans sa préface  (en  cette  année  anniversaire,  pas  moins  de  5 000 000 de pèlerins sont espérés !). Fidèle à la méthode qui lui a si bien réussi, Zola a longuement enquêté sur place : deux semaines (du coup, les journaux catholiques annoncent sa conversion !). Il a pu rencontrer des témoins de l’événement : comme le curé qui a préparé Bernadette à sa conversion et qui la présente comme « une simple d’esprit, très ordinaire ». Zola voit tout, note tout : le bouleversement que constitue pour la petite ville de Lourdes cet afflux massif de pèlerins, les boutiques de bimbeloterie, le développement de la prostitution, la main mise par l’Eglise sur la fortune en divers dons que laissent malades et pèlerins…

Et surtout, ce qui l’émeut : le long défilé d’humanité souffrante, les odeurs, la maladie, les malformations. Il y revient longuement à plusieurs reprises dans son récit, dans de longues descriptions d’un réalisme parfois éprouvant. Rien n’est épargné au lecteur. Il étudie minutieusement l’importance de la mise en scène, du décorum, comment la musique, les litanies (160 couplets pour les litanies à la vierge !), conditionnent les pèlerins, les malades persuadés de leur prochaine guérison miraculeuse.

Le roman paraît en 1894, le premier tirage de 121 000 exemplaires est épuisé en deux mois. Zola ne s’est pas converti, l’ouvrage est aussitôt mis à l’index. Il finit par tomber dans l’oubli, alors qu’éclate bientôt l’affaire Dreyfus.

Robert MARAVAL (avril 2008)

1- R. Tavenaux    « Histoire des religions », tome 2, bibliothè- que de la Pléiade.

2 - Chateaubriand, « Le Génie du Christianisme ». 3 - R. Tavenaux « Histoire des religions », tome 2 4 - Préface de Jacques Noiray.

5 - idem.


Date de création : 14/02/2017 @ 18:02
Catégorie : Notes de lecture -
Page lue 228 fois


Option non disponible sur décision du webmestre. Merci d'appuyer sur le bouton [retour] de votre navigateur.