Recherche
Recherche
Communiqués
Nos actions
Publications

Bulletin départemental
lp8401.jpg
Nos bulletins

Publications de la Libre Pensée nationale


couv-raison01.jpg

   couv-idee-libre01.jpg

Notes de lecture
Ecole - Laïcité - République
Dossiers
Qui sommes-nous ?
Adhérer à la Libre Pensée
Vous êtes ici :   Accueil » Laïcité en face (Manuel Valls)

LA LAICITE selon Manuel VALLS

(extraits choisis de la « Laïcité en face » octobre 2015, entretiens avec Virginie MALABARD)

Page 13 : « … car la laïcité est avant tout une question politique. L’enjeu ultime est bien l’affirmation d’un modèle de société qui passe aussi par son adaptation aux nouvelles donnes sociétales, européennes et mondiales. C’est en tout cas la conviction de Manuel VALLS. »

Page 17 : « La laïcité reste donc une valeur moderne, son principe de séparation des Eglises et de l’Etat un acquis. Toutefois, de nouveaux rapports s’instituent parce que la société évolue, comme le rôle de l’Etat. L’un et l’autre participent à la redéfinition de ces rapports à la faveur des problèmes sociétaux inédits dont il faut tenir compte. Evry (ville de 100 000 habitants avec plus de 20 lieux de culte) peut apparaître à cet égard comme un condensé que la société nationale connait. » Manuel VALLS

Pages 19-20 : « La présence de la cathédrale à côté de la mairie n’est-elle une façon de rappeler à sa manière que la France est un pays de tradition catholique ? » Virginie MALABARD
« Le rapprochement constitue même un pied de nez aux anticléricaux ! Puisqu’elle signe la reconnaissance de la place historique, culturelle et architecturale de l’Eglise catholique. » « Je suis d’autant plus heureux d’avoir pu contribuer à la fin du projet ... » Manuel VALLS

Page 20 : « L’importante capacité d’accueil de la mosquée, de la cathédrale ou de la pagode s’accompagne-t-elle d’une pratique religieuse intense ? » Virginie MALA-BARD
« Je ne suis pas sûr que la pratique soit plus intense qu’ailleurs ... » Manuel VALLS

Manuel VALLS considère que c’est une bonne chose d’avoir organisé le culte musulman sous l’égide de l’Etat. (Quid de la loi de 1905 ?)

Page 50 : « Mais alors, comment la liberté religieuse des élèves peut-elle s’exprimer ? » Virginie MALABARD

« Cela dit, la loi ne remet pas en cause le droit de porter des signes religieux discrets. »

Page 66 : « L’histoire des religions a sa place à l’école. La résurgence des croyances au plan individuel, collectif et leur manifestation au sein de l’espace public constitue, une réalité qu’on ne peut ignorer. »

Page 73 : « Mais la mise en berne des drapeaux pour commémorer la mort du Pape, n’est-elle pas un indice d’une nouvelle collaboration Eglise/Etat ? » Virginie MALABARD
« L’Eglise catholique fait partie de notre patrimoine culturel au sein d’un espace laïque. C’est pourquoi je ne suis pas choqué que les autorités publiques à l’occasion de la mort d’un chef d’Etat (le prétexte officiel) mettent en ber ne les drapeaux ni que le Président de la République soit présent à ses obsèques à Rome. » Manuel VALLS

Page 82 : « Justement, cette évolution de la société doit- elle conduire l’Etat à solliciter les religions au sein des comités d’éthique ? » Virginie MALABARD
« Il le fait depuis 1983 ! Pourquoi sur les questions de vie et de mort, sur ce qui fait le mystère de l’homme, on ne consulterait pas les religions ? » Manuel VALLS

  Page 84-85 : Manuel VALLS se dit agnostique.

Page 86 : Moderniser pour mieux s’adapter aux évolutions récentes, pour conjuguer principes et actions, pour asseoir la loi et la pratique sur le même banc de l’égalité de traitement entre les religions. Ouverture plus grande en faveur des religions et affirmation des principes républicains sont les deux voies de l’intervention de l’Etat que défend Manuel VALLS.

Page 108 : « Il serait très fâcheux, il serait mortel de comparer les aspirations religieuses de la conscience humaine. Ce n’est point ce que nous voulons ; nous voulons au contraire que tous les hommes puissent s’élever à une conscience religieuse de la vie, par la science, la raison et la liberté. » Manuel VALLS

Page 114 : A propos de la révision de la loi de 1905 : « Ce sont les dispositions financières qui m’amène à considérer une nécessaire évolution. Mais il faut faire très attention : c’est à la fois promettre une ouverture plus grande en faveur des religions et renforcer la législation. » Manuel VALLS

Page 116 « J’avais moi-même avancé l’idée d’une Fondation comme l’ont également proposée les protestants. Mais dans mon esprit, elle devait permettre à l’Etat et aux collectivités territoriales, dont j’aurai souhaité la présence au sein du conseil d’administration de participer au financement des lieux de culte. » Manuel VALLS

Page 116 : « Cette Fondation va financer les lieux de culte sur la base des donations françaises et étrangères. » Manuel VALLS

Page 130 : Manuel VALLS se prononce pour une laïcité ouverte.

Page 131 : « La laïcité doit participer de la création d’un esprit commun, de l’intérêt général, du vivre ensemble. » Manuel VALLS

(Vive le corporatisme, les encycliques papales, notamment Rerum Novarum et la doctrine sociale de l’Eglise catholique !)

Page 159 : « Aujourd’hui la République est menacée par- ce qu’elle s’inscrit dans le cadre d’un Etat-Nation, lui- même mis en cause par les conséquences de la mondialisation. C’est pourquoi son adaptation, sa modernisation sont une manière de conforter la République. »

Comme on le voit, point n’est besoin de beaucoup de commentaires (en italique, les miens dans le présent texte) pour voir où Manuel VALLS veut en venir : l’adaptation à la décadence du capitalisme à laquelle la laïcité institutionnelle est un obstacle, les religions étant un allié objectif du maintien de l’ordre social.Au vu de sa politique, on peut dire que Manuel VALLS est bien le digne laquais de la bourgeoisie et pas depuis aujourd’hui

Pierre SALLA – Octobre 2016


Date de création : 10/02/2017 @ 08:57
Catégorie : Notes de lecture -
Page lue 320 fois


Option non disponible sur décision du webmestre. Merci d'appuyer sur le bouton [retour] de votre navigateur.